Pröspect est un projet de l’artiste numérique québécoise Isabelle Gagné, aussi connue sous le nom de MissPixels, en collaboration avec l’auteur Stéphane Archambault. Il combine traitement d’image, citations poétiques et bot et utilise l’archive comme matière première. Prospëct est une œuvre d’art génératif « réinterpr[étant] aux quatre heures des images d’archives photographiques extraites de bases de données en accès libre de droits », selon la fiche descriptive du NT2. Le rôle du bot, dans ce projet, est de générer des collages à partir des archives du musée McCord et de bribes d’images similaires qu’il trouvera dans le moteur de recherche Google. Il associera également les vers de l’auteur Stéphane Archambault de façon aléatoire, créant ainsi différentes surimpressions. Tel que le mentionne Isabelle Gagné lors d’une entrevue, 

« le texte et l’image s’appuient l’un et l’autre. Le texte n’est pas dans un but de bonifier l’image, mais d’amener une autre couche de lecture à celle-ci ». 

Isabelle Gagné


Ses divers assemblages, pouvant apparaître comme résultats dans les moteurs de recherches, sont disponibles sur le site de l’œuvre ainsi que sur Twitter et Instagram, où l’artiste effectue une curation afin de partager ses agencements préférés. Bien qu’elle ne se réclame pas comme une autrice, Isabelle Gagné a une écriture que l’on pourrait qualifier de bimodale, à l’intersection entre image et texte. En ce sens, « chez elle, tout est lecture, interprétation, appropriation intertextuelle et, d’une certaine façon, écriture », pour reprendre les termes du chercheur René Audet, prononcés lors de la journée d’étude «Les iconothèques d’écrivain·e·s contemporain·e·s (1980-aujourd’hui)» dans une communication portant sur «Le dialogue texte-image des bots dans la pratique artistique d’Isabelle Gagné».

L’artiste multimédia mentionne également que dans ce projet, sa prospection (d’où le titre, évoquant le domaine de la géologie) est numérique puisqu’elle « vise à localiser un gisement d’archives existantes sur la toile et à les [re]localiser dans un nouvel environnement pour les conserver vivantes ». Pröspect questionne ainsi la manière dont sont utilisées les archives historiques, de plus en plus numérisées sur le web et, par conséquent, davantage accessibles. Le projet propose qu’elles soient réinvesties et réactualisées afin qu’elles s’inscrivent dans notre mémoire collective. Les œuvres sont « disponibles sous la licence Creative Commons CC0 4.0 et offertes au patrimoine numérique collectif.»

Expérience web

Le site web est divisé en quatre sections. Dès son arrivée sur le site, l’utilisateur.ice accédera à l’« Index » où il apercevra une image ainsi que deux vers de Stéphane Archambault, défilant horizontalement. Une fois que le texte disparaît, le principe se répète pour les images suivantes. Lorsque l’internaute appuiera sur le menu latéral, iel pourra découvrir l’œuvre selon deux modes : « Gisement », pour effectuer une lecture rapprochée ainsi que « Cycle », pour voir l’ensemble des photographies en panorama. Iel n’aura qu’à défiler la page vers le bas pour accéder aux œuvres. Dans les deux cas, quand l’utilisateur.ice passe la souris sur l’image, deux vers apparaissent et l’image est cliquable. Le texte et l’image se retrouvent alors côte à côte. L’utilisateur.ice pourra également en apprendre davantage sur le projet dans la section « À propos ».

Titre : Pröspect
Artiste multimédia : Isabelle Gagné
Développeur : Paul Gascou-Vaillancourt
Auteur : Stéphane Archambault 
Lien vers le site de l’oeuvre : https://pröspect.art 

Date de parution : 2019
Pays de publication : Canada (Québec)
Type d’oeuvre : Oeuvre réseau autonome
Supports numériques utilisés : site web

7 Shares:
Vous aimerez aussi...
Une ligne horizontale traverse la page. Des points sont placés sur la ligne, représentant l'heure qu'il est, entre 14:00 et 15:55, par tranches de cinq minutes.
Lire plus

Exposer les fleurs du numérique grâce à Particules

Archiver 1600 tweets : voilà le défi que représentait la conservation du quatrième happening Particules : correspondances inattendues. Coorganisée par Littérature québécois mobile (LQM) et le Mouvement Art Mobile, l’activité Particules : correspondances inattendues fait rayonner le talent d’écrivain.es et d’artistes visuels en organisant, chaque année, un flux de créations littéraires et artistiques sur Twitter.