« Fuck it / FUCK IT! / FUCK EVERYTHING / EVERYTHING IS FUCKED / You’ve decided on balance that you no longer give a fuck »

Telles seront vos options lors de la première section de l’œuvre All of Me – The Twine. Sur scène, devant une foule qui vous intimide, vous devez abandonner. Vous ne pouvez rien faire contre la dépression qui vous assaille.

Illustration crayonnée, tirée de l'oeuvre All of Me - The Twine. Sur un fond noir, une jeune femme est allongée au sol, recroquevillée sur elle-même.
Capture d’écran de All of Me – The Twine

En 2020, Caroline Horton, avec l’aide d’Alex Swift, adapte son spectacle scénique All of Me en une œuvre textuelle à choix multiples, hypermédiatique et immersive pour navigateur grâce au logiciel Twine. L’œuvre, uniquement disponible en anglais, aborde entre autres les thèmes de la dépression, du suicide, de l’abus d’alcool, de l’impuissance, de l’autosabotage alors que le lecteur ou la lectrice, interpellé.e par une narration à la deuxième personne, doit prendre des décisions pour survivre à son quotidien.

Consciente de la sévérité des sujets qu’elle aborde un avertissement avec des numéros de téléphone à contacter pour obtenir de l’aide précède notamment l’œuvre , Caroline Horton utilise néanmoins tous les outils que lui offre le média numérique pour tenter d’accentuer l’inconfort, pour tenter de vous déstabiliser : la taille de l’écriture grossit et se rapetisse au rythme que les mots résonnent dans votre esprit; les couleurs changent, d’un blanc immaculé à un rouge sang qui vous oblige à accorder davantage d’attention à vos émotions; le texte s’anime, fuit le curseur, remplit les pages, se perd dans la noirceur ou dans le flou de l’alcool lorsque vous abuserez de la vodka, votre alcool fétiche.

Le travail sonore est particulièrement remarquable. Quelques bruitages et chansons ponctuent les moments charnières de votre progression et produisent un effet oppressant, en contraste avec le silence qui vous accompagne habituellement dans votre parcours. D’ailleurs, si de rares aquarelles, aux couleurs pastel apaisantes, semblent synonyme d’un instant de répit, ce n’est qu’une illusion.

Ainsi, cette plage vous replonge en enfance…

Aquarelle aux couleurs pastel (orange, vert, bleu, violet, rose) tirée de l'oeuvre All of Me - The Twine. Une silhouette tracée avec un stylo noir est assise sur une plage calme. Il y a quelques oiseaux dans le ciel et un chien marche non loin.
Capture d’écran de All of Me – The Twine

… avant de faire remonter vos traumatismes.

Aquarelle aux couleurs ternes (brun, beige, gris, vert) tirée de l'oeuvre All of Me - The Twine. La plage est maintenant achalandée. Des déchets jonchent le sol. Des bourrasques de vent balaient le ciel et des oiseaux attaquent une silhouette tracée avec un stylo noir.
Capture d’écran de All of Me – The Twine

Jouer ou subir ?

Dans All of Me : The Twine, la narration à la deuxième personne vous oblige fréquemment à prendre des décisions : vous sentez-vous davantage comme une limace, un lézard, une salamandre, un ver ou un asticot ? Que voulez-vous faire aujourd’hui ? Boire de la vodka, vous allonger au sol après avoir bu de la vodka, sortir pour acheter de la vodka, peut-être ? Vous essayez de progresser dans l’histoire alors que tous les jours se ressemblent et se répètent, l’œuvre misant particulièrement sur ce sentiment de redondance et de stagnation. La plupart de vos décisions vous ramèneront d’ailleurs à une page centrale – votre maison – qui regroupe toujours, à quelques détails près, les mêmes possibilités d’action.

Il a été fascinant d’explorer le travail existant [le spectacle scénique] sous de nouveaux angles, par exemple, avec The Twine, nous avons été en mesure d’insister sur la nature cyclique de la convalescence, le joueur ou la joueuse peut vraiment tourner en rond, rejouer des sections, alors que durant un spectacle scénique de 70 minutes, la progression est plus linéaire.

Caroline Horton, dans Broadway World, 2020. (ma traduction)

Toutefois, souvent, vous vous retrouverez impuissant.e face à vous-même. Malgré toute votre bonne volonté, vous ne pourrez pas acheter de légumes ou de l’eau à l’épicerie, seulement de l’alcool et des sucreries. Le questionnaire de votre psychologue vous traitera de menteur ou de menteuse si jamais vous essayez d’amoindrir la réalité. Parfois, vous ne vous reconnaîtrez même plus, lorsque le texte changera sous vos yeux ou que l’abus de la vodka vous empêchera de lire correctement. Ce n’est qu’après de longs efforts, à tous les jours, que vous regagnerez, peu à peu, le contrôle de vous-même.

Pour l’efficacité de sa narration et son traitement des thèmes de la dépression et du suicide, All of me – The Twine a d’ailleurs été nominé au New Media Writing Award 2021.

Créateur(s)/Créatrice(s) : Caroline Horton et Alex Swift
Production :
Caroline Horton & Co et China Plate
Date de parution : 2020
Lien vers l’œuvre :
https://allofme.itch.io/all-of-me-the-twine
Langue(s) : Anglais
Type d’œuvre : Œuvre narrative hypermédiatique à choix multiples
Supports numériques utilisés :
Fureteurs (l’œuvre est aussi disponible sur téléphone intelligent, mais elle a été conçue pour ordinateur)


Source :
A. A. Cristi, « Caroline Horton & Co and China Plate Present ALL OF ME Twine and Audio Versions », Broadway World, 2020.

24 Shares:
Vous aimerez aussi...
Image indiquant le nom du projet : 40X40
Lire plus

La résidence 40X40

Le projet 40X40 est une résidence virtuelle qui permet à quatre-vingt artistes de disciplines diverses, divisés en quarante équipes de deux, de s’accorder un temps de création de quarante heures consécutives afin de vaincre l’emprise du confinement.