La bande dessinée Still Heroes de exaheva, publiée sur Steam et itch.io en avril 2022 dans sa version française et anglaise, prend place dans un univers dans lequel les super-pouvoirs, s’ils ne sont pas monnaie courante, ne sont pas exceptionnels pour autant. Clonage, super-vitesse, contrôle des éléments et téléportation font partie du quotidien. 

Malgré tout, le monde n’a pas besoin d’être sauvé tous les jours. Les super-vilain.es ne sont pas si nombreux, les missions sont rares et les groupes de super-héros et de super-héroïnes les plus populaires les accaparent. Le métier est précaire, les carrières solos font exception. Alors, lorsqu’Emeline apprend que ses deux camarades quittent leur groupe et laissent derrière eux cette vie mouvementée, son rêve s’effondre : elle doit désormais trouver un emploi plus conventionnel et elle se sent inutile plus que jamais. À quoi bon avoir des super-pouvoirs s’ils ne sont pas exploités à leur plein potentiel ? Still Heroes raconte ainsi l’histoire d’une jeune femme qui se voit contrainte de remettre en question sa définition d’elle-même, surtout que certains défis semblent insurmontables, malgré ses capacités héroïques.

Exploiter les avantages du numérique

exhava exploite les possibilités du média numérique en superposant au format traditionnel de la bande dessinée une interactivité astucieuse, bien que dirigée – quelques clics obligatoires, d’occasionnels déplacements avec les flèches et quelques touches de clavier aléatoires. Des animations approfondissent l’expérience de lecture en jouant avec les limites des cases et leur caractère généralement statique. De plus, un accompagnement sonore, notamment une mélodie au piano, revêt une importance capitale – et particulièrement touchante – dans la trame narrative.

Après l’annonce de ses camarades, dépourvue de missions à accomplir, Emeline ne réalise plus d’exploits, mais répète plutôt une routine. Les arcs électriques qu’elle projette de ses mains ne visent plus des supers-vilain.es, mais le réveille-matin pour le faire taire, la lampe pour allumer la lumière depuis le lit, la machine à café pour la démarrer avant même d’entrer dans la cuisine, le téléphone pour répondre à distance. Toutes ces actions se déclenchent par un clic, obligatoire pour accéder à la suite, sur l’objet en question.

L’interactivité est donc somme toute limitée, mais elle instaure néanmoins un rythme qui transmet bien la redondance du quotidien d’Emeline, rythme qui, par moments, sera brisé. Effectivement, si le lecteur ou la lectrice est généralement maître de sa lecture, pouvant naviguer comme il ou elle le souhaite en utilisant les flèches de son clavier ou le clic gauche de sa souris, ce n’est pas toujours le cas. Une certaine séquence se jouera ainsi en boucle jusqu’à ce que le lecteur accepte de « remonter le temps ». Plus tard, au son d’une musique mouvementée, le temps s’accélère. Plusieurs décennies se déroulent sous les yeux du lecteur ou de la lectrice, alors témoin impuissant.e.

L’œuvre mise aussi beaucoup sur la représentation de la simultanéité, rendue possible par le média numérique qui permet à plusieurs cases de s’actualiser ou de s’animer en même temps. La narration insiste ainsi fréquemment sur les similitudes entre deux événements, sur la dualité entre le présent et le passé. Lorsqu’Emeline visite son père à l’hôpital et que ses mains pianotent sur le bord du lit, une nouvelle case apparaît et montre la même chorégraphie, exécutée cette fois sur le piano de la maison familiale. Quand Emeline discute avec sa mère au téléphone, leur case respective s’active, chacune réagissant en « temps réel » à leur conversation.

Still Heroes, en offrant une lecture linéaire maîtrisée et bonifiée par le numérique, soulève ainsi de belles questions sur l’identité, l’impuissance, le passage du temps et le rôle de tout un chacun sur la planète. Sans pouvoir, sommes-nous inutiles ? Et qu’arrive-t-il si nos pouvoirs ne parviennent pas à sauver celles et ceux que nous aimons ? Devenons-nous alors inutiles ?

L'image est une capture d'écran d'une case de la bande dessinée Still Heroes. On y voit Emeline, en larmes, les sourcils froncés, se répétant à elle-même "Je ne suis pas inutile".
Capture d’écran de Still Heroes

Titre : Still Heroes
Création : exaheva
Édition : exaheva et Plug In Digital
Code et intégration Unity : Max Dolmas
Traduction anglaise : Véronique Sidler et Michelle Abbett
Date de parution : 22 avril 2022
Type d’œuvre : Bande dessinée interactive

Liens vers l’œuvre : https://store.steampowered.com/app/1962540/Still_Heroes/ ou https://exaheva.itch.io/stillheroes
Temps de lecture : 1h15 environ
Logiciel : Unity
Support numérique utilisé : Ordinateur (disponible pour Mac, PC et Linux)

15 Shares:
Vous aimerez aussi...
Lire plus

Pourquoi vivre, mais à quoi bon mourir ? dans All of Me – The Twine

Nominée au New Media Writing Award 2021, l’œuvre de Caroline Horton et Alex Swift, All of Me - The Twine, tire profit du média numérique pour proposer une expérience interactive et perturbante. Le lecteur ou la lectrice, interpellé.e à la deuxième personne, doit naviguer entre la dépression, l’impuissance et le désir de tout abandonner pour retrouver goût à la vie.
Image montrant le titre de l'oeuvre Oùrs.land
Lire plus

Ours.land

Le site web oùrs.land, créé par Gwen Catalá, unit les écritures de Marie-Andrée Gill, Mahigan Lepage, Laure Morali, Sébastien Ménard et Anna Lupien qui, partant à la recherche de l’Oùrs, ont découvert qu’il pouvait être polaire, humain, vieil homme, introuvable ou tapi au fond de nous.