Un article d’Irma Bouchard et de Maëlle Morin. Celui-ci a été écrit à partir d’entrevues réalisées avec Andy Maple et Alex Pouliot, fondateur·ice·s de Pièce jointe éditions et Audrey Beaulé, fondateur·ice du Studio Gabarit.

Pièce jointe

La maison d’édition Pièce jointe exploite le médium du livre afin de diffuser et mettre en lumière la recherche des artistes en art actuel. Les éditeur·ice·s, Andy Maple et Alex Pouliot, envisagent la « recherche » telle une « quête de connaissances » qui peut s’appuyer notamment sur « le croquis, l’écriture, l’action ». Chacune de leurs œuvres témoigne du processus de création des artistes et cherche à valoriser leur voix. L’éditrice et l’éditeur collaborent étroitement avec ces dernier·ère·s dans la démarche éditoriale, de l’idéation du projet jusqu’à sa production. Iels souhaitent que leurs publications soient accessibles à un large public, tant par le prix des livres et des œuvres exclusives qui les accompagnent, que par le texte, qui ne prend pas nécessairement appui sur un discours « dense » et « intellectuel », pour reprendre leurs termes.

Alex Pouliot et Andy Maple, les fondateur·ice·s de Pièce jointe

La section « Annexe » qui se trouve au sein de chacun des livres et qui prend la forme d’un entretien avec l’artiste permet, quant à elle, d’entretenir un dialogue direct avec les lecteur·ice·s, puisque l’artiste se plonge dans une démarche autoréflexive sur son travail. L’annexe offre des clés de lecture pour se familiariser avec le processus de l’artiste et les codes visuels que les lecteur·ice·s découvriront dans la première partie du livre. Ainsi, à l’opposé d’une exposition où l’image et le texte sont séparés, le format du livre permet, selon les éditeur·ice·s, de vivre une expérience à la fois littéraire, visuelle et intime qui témoigne du processus de création de l’auteur·e, et ce, sans passer par un discours externe sur l’œuvre.

Bien que la maison d’édition ait publié comme deux premières œuvres des livres ayant une forte teneur textuelle et que cet aspect habite les éditeur·ice·s, ce n’est pas l’angle principal qu’iels favorisent, évoquant que la présence des mots ne sera pas toujours marquée dans leurs projets. Ces dernier·ère·s considèrent que « chaque artiste utilise le texte de façon extrêmement différente » et choisissent des projets qu’iels imaginent se déployer à travers le livre, ce qui « amènerait une certaine forme de textualité ou d’aspect littéraire » en raison de la forme de l’objet-livre.

© L’image de gauche montre une oeuvre exclusive d’Antoine Larocque et les deux autres images mettent de l’avant le livre Prendre fin de Sarah Boutin

L’œuvre Prendre fin de Sarah Boutin, qui fait cohabiter images et fragments, et ce, sous différentes dispositions, met en scène un récit non-linéaire qui se tisse autour du concept de la rupture et de ce qui en émerge. L’artiste envisage d’ailleurs « le travail plastique et celui de l’écriture comme des actes permettant de réorganiser le récit et d’en prendre soin », ce qui témoigne d’un rapport de similitude entre les deux médiums. Dans le livre Notes d’atelier d’Antoine Larocque, la présence du texte, d’un style incisif, se manifeste différemment. L’artiste y (d)énonce la réalité des artistes au Québec tout en réinterprétant des citations de poètes, d’artistes et d’écrivain·e·s. Certaines réflexions, écrites au pastel gras coloré, avaient été publiées sur son compte Instagram avant d’être éditées sous la forme d’un livre. 

La maison a plusieurs projets en perspective. Les éditeur·ice·s aimeraient diffuser les entretiens qu’ils mènent avec les artistes et qui se retrouvent, en partie, dans la section « Annexe » dans un format audio. Iels souhaiteraient aussi distribuer les œuvres en format PDF en ligne afin que leurs publications soient accessibles même si elles sont épuisées au format papier. De plus, les fondateur·ice·s développent présentement une nouvelle branche dans laquelle iels travaillent de pair avec des institutions pour créer des projets de publications spécifiques à celles-ci. Ces dernier·ère·s visent, de cette façon, à rendre les publications institutionnelles plus accessibles pour le public. Les livres de Pièce jointe permettent donc de découvrir des pratiques artistiques autrement en repensant la forme du catalogue traditionnel. Les éditeur·ice·s nous révèlent qu’ils sont très intéressé·e·s par le périodique et qu’iels aimeraient publier au moins un livre par année tout en continuant d’effectuer des collaborations.

Studio Gabarit

Le Studio Gabarit a été fondé à l’automne 2021 par Audrey Beaulé. Il s’agit d’un « studio de design d’édition », soit un espace dans lequel Beaulé agit à titre de chargé·e de projet pour permettre aux artistes qui lui soumettent une idée de « créer l’objet qui sera le plus cohérent avec leur vision ». Le·a fondateur·ice travaille étroitement avec l’artiste pour mettre à profit son savoir-faire de graphisme, afin que l’expérience esthétique soit mise au premier plan. Misant sur le dialogue entre les dimensions graphique et littéraire des œuvres afin de faire émerger la voix de l’artiste à travers le livre, Audrey Beaulé offre un soutien artistique aux articulations variées, s’adaptant aux besoins de celles et ceux qui souhaitent collaborer avec le Studio Gabarit. Soutenant que « toutes les raisons sont bonnes pour faire des livres », Beaulé a conçu un espace ouvert à celleux qui désirent expérimenter la création graphique d’une œuvre qui s’inscrira dans la mission du studio. 

Audrey Beaulé, fondateur·ice du Studio

Studio Gabarit se positionne en marge de l’écosystème du livre et s’inscrit dans une volonté de partage des connaissances sur l’édition alternative. Il propose en outre de s’éloigner « d’une offre de livres standardisée et produite à la masse ». Beaulé postule d’ailleurs que les projets qui l’intéressent viennent de la marge. Les œuvres de Studio Gabarit sont empreintes d’intentionnalité, valeur qui va de pair avec une certaine conscience écologique. L’accompagnement se fait dans la lenteur et l’écoute. Le studio est né après un constat de Beaulé : beaucoup de livres ne voyaient pas le jour par manque de connaissances techniques des gens qui l’approchaient. Questionné.e sur les nuances entre les démarches d’accompagnement propres au Studio et la médiation culturelle, le·a fondateur·ice du Studio témoigne de son désir de guider les artistes et d’offrir le soutien nécessaire pour porter l’unicité de leurs voix. 

© Photos du livre de tous nos corps

L’un des récents projets du Studio Gabarit est une collaboration avec l’artiste et autrice Céline Huyghebaert pour la conception graphique du livre De tous nos corps (2022), une œuvre née du dialogue entre Huyghebaert et des gens vivants avec un diagnostic du cancer. Les textes qui composent ce recueil collectif s’intéressent à l’invisibilité de la maladie et les traces qu’elle laisse. Ils prennent la forme d’un abécédaire de fragments poétiques. Le livre a été tiré à 500 exemplaires et a été principalement distribué dans les centres d’oncologie.

Cette approche nous invite à imaginer les démarches éditoriales autrement, en dehors des cadres institutionnels. La focalisation n’est pas uniquement mise sur la valeur littéraire du livre, mais bien sur des projets dont le visuel est tout aussi évocateur que le texte. Le studio envisage les œuvres dans une perspective d’hybridité, dont toutes les sphères sont communicantes et cherche à mettre de l’avant la publication d’art. Dans cette optique, la publication d’écrits est indétachable de son aspect matériel et graphique, témoignant de la porosité entre les disciplines. La pratique éditoriale est pensée dans une perspective de soin et de transmission du savoir-faire qui répond à une volonté de valoriser l’autonomie des créateurs·ice·s qui souhaitent travailler avec Audrey Beaulé. Dans la prochaine année, Beaulé espère augmenter le nombre de collaborations auxquelles le Studio prend part et possiblement explorer le domaine de l’impression.

Des initiatives qui se complètent

Bien que Studio Gabarit ne fasse pas la distribution des livres, contrairement à Pièce jointe, ces deux initiatives éditoriales se rejoignent par leurs approches collaboratives, leur amour de l’objet-livre et des questions esthétiques ainsi que par leur désir de faire entendre la voix des artistes. Guidé·e·s par ces principes, iels parviennent à créer des espaces qui font rayonner le livre d’art autrement. En entrevue, les trois créateur·ice·s mentionnent l’importance de la communauté qui s’est tissée autour du livre d’art à Montréal, nommant, entre autres, Le laps, Le Merle et Cigale. Leurs projets s’inscrivent au sein d’un cercle de micro-éditeur·ice·s en arts visuels qui répondent à un manque dans le milieu et qui se complètent par leur offre et leur envie de travailler à petite échelle de façon indépendante. 

Suite aux entrevues menées avec les fondateur·ice·s, nous avons réalisé que nous avions préalablement analysé leur production par le prisme de la littérature. Les discussions nous ont permis d’avoir un regard renouvelé sur l’objet-livre et sur la textualité, perçus de manière différente par les artistes rencontré·e·s. Andy Maple et Alex Pouliot ont évoqué le fait qu’une maison d’édition de livres d’art avait peut-être plus de similitudes avec une maison d’édition qui publie des œuvres littéraires que ce qu’iels pensaient. Ces dernier·ère·s trouvaient « chouette de se faire inclure dans une proposition davantage littéraire », même s’iels se situent du côté des arts visuels. Audrey Beaulé relève aussi son inscription dans le milieu de l’art, mais mentionne le fait que son studio peut être intéressant pour les gens ayant une pratique au croisement entre littérature et arts visuels, ce qui met la table sur tous les possibles liant ces deux disciplines.

Nom : Pièce jointe
Statut : Maison d’édition
Énoncé de la mission : La maison « diffuse de la recherche d’artistes en art actuel, dans le but de rendre visible le travail qui accompagne la création artistique. » 
Équipe : Alex Pouliot et Andy Maple
Année de fondation : 2021
Lieu : Montréal
Lien vers le site : https://piecejointeeditions.com/

Nom : Studio Gabarit
Statut : Studio de design d’édition
Énoncé de la mission : « [R]éaliser le graphisme, transmettre un savoir-faire du livre et relever le sens derrière chacune des publications. »
Fondateur·ice : Audrey Beaulé
Année de fondation : 2021
Lieu : Montréal
Lien vers le site : https://studiogabarit.com/ 

0 Shares:
Vous aimerez aussi...
Lire plus

Possibles éditions

Possibles éditions est une maison d’édition qui se spécialise dans la publication et la reliure de livres imprimés artisanaux. Elle a été fondée avec l’intention de revoir les pratiques d’impression et d’édition telles qu’habituellement conçues au Québec en considérant chaque exemplaire comme un produit unique.
Logo de Fonfon
Lire plus

Fonfon : allumer la jeunesse

Fonfon est une maison d’édition jeunesse qui réalise des albums papier et des projets numériques inventifs. Sa visée est d’émerveiller les jeunes de 3 à 11 ans et de leur transmettre la passion pour la lecture.