« Jacques le fataliste » est une adaptation interactive du roman Jacques le Fataliste et son maître écrit par Denis Diderot au XVIIIsiècle. Développée par LabLabLab, l’application est disponible gratuitement sur le site Web du studio. C’est Jonathan Lessard, professeur en design de jeux à l’Université Concordia, qui est derrière la conception.

Tout au long de l’expérience, les lecteur.ices incarnent le maître de Jacques et doivent dialoguer avec ce dernier. Si le roman de Diderot est une œuvre se jouant des conventions littéraires de son époque pour inventer des possibles narratifs, l’application de Lessard, quant à elle, revisite l’œuvre qu’elle adapte pour proposer de nouvelles arborescences narratives. Par exemple, le fait de donner le choix aux lecteur.ices quant aux réponses à apporter à Jacques modifie le fil narratif tortueux du roman pour offrir des alternatives. De nature hypertextuelle, la structure du « Jacques le fataliste » de Lessard coïncide avec la vision de l’hypertextualité narrative de Jean Clément, qui est, pour lui : « une technologie à la fois intellectuelle et énonciative qui rompt avec la linéarité du discours, introduit des ruptures, produit du désordre et du jeu dans les activités d’écriture et de lecture[1] ». Les différents chemins susceptibles d’être empruntés s’incarnent ici dans le dialogue entre Jacques et son maître et plus précisément dans nos choix de poursuivre une discussion ou de s’en détourner. Au studio LabLabLab, il est d’ailleurs question de « paysage conversationnel » pour décrire la dynamique en jeu : 

« Au LabLabLab, nous appelons “paysage conversationnel” une conversation interactive permettant d’explorer différents sujets au gré de sa curiosité, sans se soucier de devoir aboutir quelque part en particulier, sans égards aux canons de la narration classique. »

– Adaptation de Jacques le Fataliste (2019), LabLabLab 

Le clavardage à la Messenger comme inspiration conceptuelle

Outre l’exploration de nouvelles formes narratives, l’un des objectifs de Jonathan Lessard avec le développement de son « Jacques le fataliste » est de renouveler les publics en s’inspirant des applications de clavardage pour simuler la conversation entre Jacques et son maître[2]. De plus, les choix de réponses proposés aux lecteur.rices s’inspirent des suggestions de textes accompagnant la rédaction de courriels[3]. Les boutons « Bien compris » et « Merci, bonne journée » présents sous les boîtes de rédaction sont ici remplacés par « Maître de soi », « Un fataliste… » ou encore « … ». Ces choix permettent de faire avancer l’histoire (qui gravite principalement autour des amours de Jacques) ou d’en bifurquer, et ce, même si les textes peuvent parfois manquer d’efficacité sémantique pour bien guider les lecteur.rices dans leurs choix. Néanmoins, il convient de souligner que l’application de Lessard respecte bien l’esprit du roman qu’il adapte, ne serait-ce qu’en mettant au cœur de son projet la dynamique conversationnelle qui alimente l’œuvre de Diderot.

« Les gens lisent beaucoup sur leur téléphone, mais ils ont moins de patience qu’avant avec les longs textes. C’est une autre partie de l’expérience. Est-ce que de redécouper l’œuvre de Diderot sous la forme d’une conversation Messenger va permettre à un certain public de retrouver une forme de lecture qui lui ressemble plus ? » 

– Jonathan Lessard, L’actualité, 2019 

Titre Jacques le fataliste 
Créatrice : Jonathan Lessard 
Texte: Jonathan Lessard, adapté de l’œuvre de Denis Diderot
Date de création: 2019
Type d’œuvre : œuvre littéraire interactive
Lien vers l’œuvre : https://www.lablablab.net/jacques/


[1] Clément, J. (2004). « Hypertexte et fiction : une affaire de liens ». Les défis de la publication sur le Web : hyperlectures, cybertextes et métaéditions. 11 p., https://manualzz.com/doc/5048178/-hypertexte-et-fiction–une-affaire-de-liens—in-sala%C3%BCn–j. (Site consulté le 31 juillet 2023).

[2] LabLabLab, Adaptation de Jacques le Fataliste (2019), 2019, https://www.lablablab.net/?p=634

[3] Johnson, M. (2019). « Clavarder avec les personnages de Diderot ». L’actualitéhttps://lactualite.com/techno/clavarder-avec-les-personnages-de-diderot/ (Site consulté le 31 juillet 2023).

0 Shares:
Vous aimerez aussi...
En-tête de la bande dessinée Still Heroes. On y voit une ville de nuit avec quelques fenêtres encore illuminées. "Still Heroes" est écrit en blanc dans le ciel.
Lire plus

Still Heroes, ou lorsque les super-pouvoirs ne suffisent pas

Still Heroes est une bande dessinée numérique écrite et illustrée à la main par l’artiste belge exaheva. Pensée et conçue pour une lecture sur écran, elle met en scène Emeline, une jeune super-héroïne aux pouvoirs électriques, dont la vie – et la définition d’elle-même – est chamboulée lorsque son groupe de super-héros se dissout. Dans le calme du quotidien, ses pouvoirs semblent alors perdre de leur sens, surtout qu’ils ne parviennent pas à accomplir ce qu’Emeline désire le plus profondément : soigner son père.
Image publicitaire du jeu vidéo Antioch : Scarlet Bay
Lire plus

Antioch : Scarlet Bay, parce qu’une enquête policière se mène toujours à deux

Antioch : Scarlet Bay est un jeu vidéo textuel qui s’efforce d’insuffler un second souffle au genre en y incorporant une dimension multijoueur. Vous devrez mener une enquête policière à deux, avec un.e ami.e ou un.e inconnu.e. Si la collaboration est de mise, les différends et les désaccords vous permettront parfois de découvrir de nouvelles pistes. Ou alors, ils ralentiront votre progression et vous feront perdre le cap. À vous de bien faire votre boulot.