Page couverture du livre « are books still different ». Le titre du livre apparaît sur un fond noir avec une esperluette stylisée.

« Are books still different? », les livres sont-ils encore différents ? Voilà la question sondée et retournée par Caroline Koegler et Corinna Norick-Rühl dans leur Element* publié par l’Université de Cambridge. La différence prend deux sens dans ce texte critique. En demandant si les livres sont toujours différents, les autrices se questionnent à savoir si les livres se distinguent des autres biens culturels. Dans le spectre de cette étude, la différence du livre n’est pas seulement prise en compte en relation avec d’autres médias : les autrices proposent d’analyser le milieu du livre dans la perspective de comprendre s’il est un espace social diversifié, en plus de voir comment cette diversité affecte les dynamiques d’édition.

Cette étude prend en considération le double statut du livre, conçu à la fois comme un bien culturel et comme un bien de marchandise (Koegler et Norick-Rühl, p.6-7). La double appartenance du livre lui octroie une place spéciale dans nos sociétés, la différence « essentielle » du format livre est observable dans l’imaginaire collectif qui influence des mesures politiques et des textes de loi. Dans plusieurs pays, le livre détient un statut légal unique, le séparant des autres biens culturels. Par exemple, le Canada Book Fund est une mesure fédérale qui vise à favoriser la santé du marché littéraire canadien, alors qu’il entre  en compétition avec les influents marchés américains, britanniques et français. Ou encore, en Allemagne, la Buchpreisbindungsgesetz est une loi qui fixe le prix de vente des livres. Celle-ci est fondée sur le principe selon lequel le livre correspond davantage à un bien culturel qu’à un bien économique (Koegler et Norick-Rühl, p.7).

Lorsque Koegler et Norick-Rühl se penchent sur la différence du livre, elles entendent dépasser la question du statut de l’objet en interrogeant aussi la différence au sein du milieu du livre, soit la diversité des acteur.rices et des points de vues qui le composent. Le statut particulier conféré au livre est alors mis à l’épreuve selon deux prismes d’analyse : les avancées technologiques qui transforment les pratiques éditoriales et littéraires ainsi que les changements sociaux qui affectent le milieu du livre.

Are Books Still “Different”? est divisé en cinq sections. Dans l’introduction, Koegler et Norick-Rühl présentent les axes principaux de leur essai et récapitulent les faits entourant l’attribution du prestigieux prix Booker en 2019 à Margaret Atwood et à Bernardine Evaristo, cette dernière étant la première femme noire à remporter le prix. Evaristo militait pour la reconnaissance des femmes noires dans le milieu littéraire anglo-saxon, notamment grâce à une forte présence numérique. Elle a finalement atteint un succès financier et institutionnel suite à sa victoire. Le prix a également été remis à Atwood pour son roman Les testaments, une suite à La servante écarlate. Le livre qui a mérité sa victoire à l’autrice a profité d’une attention médiatique soutenue, redevable à la consécration préalable d’Atwood, avec le succès de l’adaptation télévisuelle de La servante écarlate, en plus d’une campagne publicitaire à grand déploiement. Ce contraste manifeste la diversité limitée du milieu littéraire anglo-saxon, majoritairement occupé par des personnes blanches dans la classe moyenne (Koegler et Norick-Rühl, p.9-10)**.

Photo de Bernardine Evaristo. On y voit une femme souriante, à la peau noire, portant des lunettes.
Bernardine Evaristo
(Crédit photo : Jennie Scott, 2018, obtenu sur Wikipedia, CC BY-SA 4.0.)
Photo de Margaret Atwood. On voit une femme à la peau blanche, aux cheveux blancs, parlant dans un micro-casque.
Margaret Atwood
(Crédit photo : Piaras Ó Mídheach, 2022, obtenu sur Wikipedia, CC BY 2.0)

La deuxième section concerne davantage les déclinaisons de la différence du statut du livre. On y retrouve trois volets : la différence dans le discours, la différence dans la loi et la différence dans la performance d’une image de marque. Dans le premier volet, les chercheuses démontrent que tant le livre, que les libraires, que la pratique éditoriale sont perçus avec un statut particulier et une mystique presque sacrée. Le second volet est une analyse des lois de plusieurs pays entourant le statut de livre. Les chercheuses constatent que ces lois sont souvent émises en cherchant à protéger l’identité nationale d’un pays, notamment en encadrant sa littérature et en la rendant plus accessible. Le troisième aspect rattache très pragmatiquement le livre à son milieu de diffusion. Les chercheuses avancent que le statut différentiel du livre ne sépare pas la littérature des logiques d’influence et d’accumulation qui régissent la circulation des biens.

La troisième section, plus brève, relie ces questions au contexte numérique, et constitue davantage un arrimage à la quatrième section : une étude de cas examinant ce que signifie la différence chez une autrice comme Bernardine Evaristo. En contexte numérique, les formes médiatiques (un film, un journal, un album de musique, un livre) peuvent être mesurés en octets, et leur existence est composée de la même « matière » binaire des 1 et des 0. Ce contexte heurte la spécificité du livre, alors que celui-ci est relégué à une forme médiatique « comme les autres » (Koegler et Norick-Rühl, p.41). Cette égalisation médiatique a comme effet supplémentaire d’insérer le livre dans une économie de l’attention où sa place privilégiée est davantage fragilisée par la concurrence avec d’autres formes médiatiques (Koegler et Norick-Rühl, p. 41-42). La numérisation croissante de la culture agit aussi comme révélateur d’enjeux de pouvoirs propres au milieu du livre. En effet, par ce contexte de transformations dans le processus de production du livre, d’anciennes structures de pouvoir sont parfois plus apparentes ou remises en question.

Tel que mentionné, la quatrième section est une étude de cas qui permet aux chercheuses de mettre en dialogue les différentes perspectives qu’elles ont précédemment développées dans leur Element. Le parcours d’Evaristo permet de constater comment sa posture d’autrice telle qu’elle l’a bâtie à travers les réseaux sociaux a pu s’intégrer dans les dynamiques socio-institutionnelles d’un milieu littéraire en transformation . Les chercheuses examinent certaines structures éditoriales, reposant sur des accumulations de capital culturel et matériel qui engendrent une inertie dans la diversité de ce qui est publié. Le succès d’Evaristo semble cependant témoigner de changements quant aux biais de l’institution littéraire.

Emerging as they do in a symbolic economy of discourse, authors wittingly and unwittingly actualize aspects of performative branding that will interact with and intervene in existing networks and circuits of valuation. In addition, there is no doubt that usage of social media and direct interaction with the digital literary sphere can be a means of pushing particular (brand) narratives that potentially very much correspond to core beliefs held by their authors

(Koegler et Norick-Rühl, p.67)

La cinquième section agit en tant que conclusion et rattache les perspectives précédemment explorées à la notion de « livreté »*** (Koegler et Norick-Rühl, p.78-79). La spécificité culturelle du livre, sur les plans économiques, sociaux et légaux, peut être définie par son caractère livresque, sa « livreté ». Dans l’ensemble du texte critique, il en demeure que la dimension affective du livre, le livre-en-tant-qu’affect (Koegler et Norick-Rühl, p.80), est responsable de toutes les exceptions qui lui sont données. C’est parce que le livre possède un imaginaire propre qu’on lui confère un statut politique spécial. Le livre est finalement un affect, un objet émotionnel et sentimental qui détient une grande importance autant sur le plan individuel que social. 

Une coda apporte quelques éléments supplémentaires. Ce post-scriptum très bref situe les réflexions de l’étude au sein des changements dans la sphère des réseaux sociaux. En effet, au moment de la publication du texte critique, Twitter venait de changer d’identité pour devenir X, amenant un degré nouveau d’instabilité dans le paysage de la connectivité Web.

On l’aura remarqué, cet ouvrage s’inscrit dans notre ligne éditoriale avec une trajectoire légèrement oblique. En effet, si nous nous penchons habituellement sur des textes davantage centrés sur l’édition à proprement parler, Are Books Still “Different” analyse les vastes dynamiques socioculturelles au sein desquelles l’édition joue un rôle majeur, permettant la diffusion des textes et représentant une marque de consécration littéraire.

Titre : Are Books Still “Different”?

Auteur.rices : Caroline Koegler, Corinna Norrick-Rühl

Date de publication : 5 février 2023

Éditeur : Presses de l’Université de Cambridge

Nombre de pages : 106

Format : Element et papier

*Le format Element est à mi-chemin entre l’article scientifique et l’ouvrage critique. Ces textes publiés par les Presses universitaires de Cambridge sont conçus d’abord pour la lecture numérique. 

**À ce titre, les autrices réfèrent à 
Alcantara, J. « The Diversity Baseline Survey », Lee and Low Books, 2019, [en ligne], www.leeandlow.com/about-us/the-diversity-baseline-survey.Google Scholar.

Ainsi qu’à Saha, A., et van Lente, S., RE:Thinking “Diversity” in Publishing, Londres, Goldsmith Press, [en ligne], www.spreadtheword.org.uk/wp-content/uploads/2020/06/Rethinking_diversity_in-publishing_WEB.pdf.

***Je traduis ici la notion Bookness de Amaranth Borsuk.

****L’image en bannière est un schéma tiré du livre qui représente les étapes qui peuvent faire obstacle à la publication d’un livre (Koegler et Norick-Rühl, p.76-78).

0 Shares:
Vous aimerez aussi...
Lire plus

Lectures et écritures numériques. Nouvelles formes, nouvelles pratiques ? : un regard sociologique sur les évolutions de la littératie numérique

État des lieux sociologique des usages numériques en contexte français, Lectures et écritures numériques. Nouvelles formes, nouvelles pratiques ? interroge le rôle des hiérarchies sociales dans le développement d’une littératie propre aux nouvelles technologies.