Les plateformes de livres numériques pour la jeunesse dépasseront-elles les livres papier ? C’est la question que s’est posée dans l’article « Streaming stories : Will children’s digital book platforms upend print? » le journal The Citizen Australia. L’article fait suite à une enquête menée en 2022 en Australie autour de la plateforme destinée à la littérature jeunesse, Epic.

Créée en 2013, Epic voit sa popularité augmenter durant la pandémie, passant de 10 millions d’utilisateurs en 2019 à plus de 50 millions en 2020. Visant une clientèle de 12 ans et moins, « Epic est aux livres ce que Netflix est aux séries télévisées et Spotify à la musique. Les parents paient un abonnement mensuel pour un accès “illimité” à des milliers de livres qui peuvent être lus sur téléphones, tablettes et ordinateurs1 ».

L’engouement autour de cette plateforme peut être expliqué par le rapprochement de la littérature avec le jeu. En effet, les enfants peuvent personnaliser leur profil, leur avatar, en plus de gagner des badges lorsqu’ils atteignent des objectifs de lecture. Contrairement aux jeux vidéo en ligne, Epic offre du temps d’écran sans culpabilité aux parents, puisque leurs enfants consultent leur tablette ou téléphone pour découvrir de nouvelles histoires, mais surtout de nouveaux mots et de nouvelles expressions.

Toutefois, même avec la pandémie, ses restrictions et la montée en popularité de la littérature numérique, les ventes de livres imprimés augmentent de 8% en Australie et aux États-Unis. Selon Leonard Marcus, historien de la littérature jeunesse, il est possible de justifier cette donnée par le fait que les livres papier ont plusieurs attraits non négligeables comme leur format, la police et le papier choisi, etc. Il donne l’exemple d’un exemplaire de Babar l’éléphant, un livre immense à l’image du personnage qu’il met en scène, et celui de Pierre Lapin, un petit personnage dans un tout aussi petit format. De plus, selon une enquête menée par Scholastic’s Kids and Family Reading Report, 79% des enfants préfèrent lire des livres papier plutôt que numériques.

© Petra Stock

Enfin, les plateformes de livres numériques dépasseront-elles les livres papier ? Nul ne le sait avec certitude, puisque les éditeurs sont sans cesse à la recherche de façons de se renouveler, de suivre les tendances, mais surtout de suivre les besoins de leur lecteur.ices. Dans un tableau non exhaustif, nous avons relevé les principaux arguments abordés dans l’article « Streaming stories : Will children’s digital book platforms upend print? », dans le but de mettre un peu de lumière sur la littérature jeunesse qui, selon le Conseil des arts australien, ne représente que 15 à 20% du marché économique du livre de ce pays.

Capture d’écran des choix de livres sur Epic.

1 Traduit par l’autrice. Petra Stock, « Streaming stories : Will children’s digital book platforms upend print? », dans The Citizen, [en ligne] https://www.thecitizen.org.au/articles/streaming-stories-will-childrens-digital-book-platforms-upend-print (Page consultée le 12 septembre 2022).

1 Shares:
Vous aimerez aussi...
image d'un circuit d'ordinateur avec des 1 et des 0 en arrière-plan
Lire plus

Défendre l’usage du numérique en recherche en littérature avec The Digital Humanities and Literary Studies

Véritable défense et illustration des humanités numériques, l’ouvrage de Martin Paul Eve propose une analyse de leur situation dans le champ des études littéraires, s’inscrivant dans une série de débats autour de la légitimité académique d’approches problématiques de la littérature.