Thème 1 du colloque virtuel – 26 août 2020

Pour cette première semaine de la Fabrique du numérique 2020, nous vous proposons une exploration de diverses formes éditoriales innovantes.

L’adoption des formats passe-partout et homothétiques (pdf et epub) est très généralisée et elle a configuré tant les pratiques de création que les modes de distribution. 

Comment penser en dehors de ces formats ? Comment aller plus loin dans l’exploitation du epub ? Quels supports, quelles interfaces, quelles plateformes explorer ? Quelles modalités techniques mobiliser (réalité augmentée, algorithmes, intégration avancée texte/vidéo, influences du jeu vidéo…) ? Comment réinventer le livre numérique aujourd’hui (en littérature, en édition générale, en édition savante) ?

Sans prétendre ici faire un inventaire exhaustif ni plonger dans les technologies les plus avancées, ce panorama vise à ouvrir le regard vers ce que peut aussi être le livre numérique. Pour ce faire, une mise en place initiale (plus bas) est proposée par Christiane Vadnais, des éditions Alto. Suivent des « fiches de lecture » de certains livres numériques intéressants, ainsi que des capsules vidéo avec des actrices et acteurs du milieu éditorial.

Des formes éditoriales innovantes – un (certain) panorama

Aux artisans contemporains du livre qui perçoivent dans le numérique un « changement de paradigme », cette révolution technique et culturelle est encore si jeune qu’il est difficile de concevoir de quelle manière elle transformera vraiment l’objet de l’édition. Comme l’imprimerie nous a fait passer du codex au mass paperback, le numérique pourrait faire évoluer le livre vers… quoi? Des formes disponibles à de nombreux endroits en simultané, des formes marquées par l’interactivité, le réseau, les pratiques collaboratives…? « L’assemblage de feuilles » livresque traditionnel se perpétue assez bien à travers l’ePub et le PDF, mais les outils techniques dont disposent désormais les créateurs de contenu ouvrent un grand champ de possibilités formelles (qui transformeront en profondeur le geste d’éditer — c’est du moins notre conviction, chez Alto.)

Vu que la typologie de ces pratiques reste à faire, vu qu’elles restent relativement « en émergence » et se modifient rapidement, le bref panorama qui suit, sans aucune prétention exhaustive ou scientifique, vise surtout à muscler notre imaginaire éditorial en citant quelques exemples inspirants, à débroussailler certains enjeux et à ouvrir des pistes de discussion pour réfléchir au renouvellement du livre grâce aux technologies.

Du PDF à la fiction interactive, en passant par le livre audio

Qu’est-ce qu’une forme éditoriale innovante en contexte numérique?[1] Les réponses possibles foisonnent, car si le geste d’éditer est celui de donner une incarnation au texte pour le propulser vers le public, des enjeux de formats (PDF, application, etc.), de texte (natif ou adaptation, individuel ou collectif, linéaire ou non) et de design (visuel, interactif, etc.) entrent en ligne de compte, de même que la reconfiguration du processus créatif et des stratégies de diffusion.

Le livre et la littérature « papier » sont construits sur une chaîne de création-production-diffusion que certains formats permettent de reconduire jusqu’à un certain point, tout en injectant au livre les caractéristiques inhérentes au web. C’est le cas de DiViNa, lancé au festival d’Angoulême, qui permet de diffuser une bande dessinée en format protégé par un DRM. Accompagné de « DiViNa creator », destiné aux auteurs de contenu, ce logiciel permet de choisir un sens de lecture, le ratio image/écran, d’intégrer des effets de transition et des sons, par exemple. Dans le même esprit visant à rapprocher les formats homothétiques (ePub, PDF) de l’hypertextualité fondamentale d’Internet, les PUM créent les livres de la collection Parcours numériques en deux éditions : papier (payante, à lire de façon traditionnelle) et numérique (gratuite, à consulter de façon non linéaire). Cette deuxième forme comprend des liens et des contenus supplémentaires possiblement mis à jour, discutés avec les internautes, etc. De son côté, La montagne secrète a créé des livres numériques enrichis disponibles pour iPad, iPhone, etc. Le livre audio, en plein essor, facilite aussi la translation d’une œuvre papier existante (ou d’un travail en littérature orale, spoken word, etc.) vers une œuvre numérique : livré d’un seul bloc, commercialisable à travers des plateformes bien établies, il permet de rendre un texte plus largement accessible, notamment aux personnes non voyantes (avec les défis posés par les importants coûts de production et, parfois, la longueur des textes lus). De son côté, le balado de fiction, héritier de la tradition des radioromans, représente une intéressante option pour investir la mise en scène sonore et les textes inédits (voir Solstice, sur OHdio).

L’exploration de techniques et interfaces de plus en plus complexes par les artistes et écrivains, sous l’influence du jeu vidéo ou devant les avancées de l’intelligence artificielle, représente des défis éditoriaux gigantesques. Elle introduit aussi de nouveaux paramètres clés, comme l’interactivité, la multidisciplinarité et le multilinguisme. Par exemple, l’un des formats innovants privilégiés par les éditeurs (notamment ceux sondés récemment par l’ANEL) est l’application.

Au Québec, Fonfon interactif a produit une collection d’applications où les enfants peuvent lire, écouter et créer. Une BD interactive de l’Agent Jean conçue spécialement pour les tablettes a été commercialisée dans les deux langues (anglais et français). Québec Amérique a mis en place plusieurs applications qui accompagnent ses livres ou les présentent dans un nouveau format. À l’international, The Pickle Index (offert sous forme de fiction interactive ou de livre papier), le jeu vidéo 80 days inspiré de Jules Verne ou la « bande défilée » Phallaina, proche des fameux webtoons asiatiques (pour plus d’exemples français, voir la plateforme Futurlivre.fr mise en place par L’Institut français), sont des exemples qui valent le détour. Certaines app, parfois sur un modèle d’abonnement payant, cherchent à créer une habitude de lecture qui est encore à développer (L’OvniRocamboleOpuscules). Probablement populaire en raison de sa commercialisation possible (l’application, fermée, permet à l’éditeur de tirer des revenus dans les « stores »), ce format induit toutefois des contraintes de création importantes : équipes multidisciplinaires, adéquation entre le format choisi et les appareils possédés par le public cible, nécessité des mises à jour et/ou gestion des mécanismes d’interactivité…

Certaines formes numériques sont extrêmement stimulantes pour les créateurs, mais ne permettent pas une « reproductibilité » aussi importante que le livre papier ou Internet : pensons entre autres à la réalité virtuelle, qui nécessite, pour être « lue », un casque adapté. La bibliothèque la nuit, produite par Ex Machina sur un texte d’Alberto Manguel, et les poèmes en réalité virtuelle de Télé-Québec sont deux exemples de l’utilisation de cette technologie qui ont circulé dans les festivals, musées, lieux de diffusion, etc. D’autres exemples d’expériences littéraires numériques restent moins « reproductibles » encore, parce qu’ils sont associés à des lieux ou à des événements, comme Sur les bancs, une « webapplication de réalité augmentée sonore qui propose des bulles de fictions géolocalisées en son 3D sur les bancs de la ville de Metz ».

Trois exemples d'expérience littéraire numérique: une bibliothèque la nuit, expérience de VR, un code QR et particules, correspondances, un évènement de twittérature.
De gauche à droit: La bibliothèque la nuit, la webapplication de réalité augmentée sonore de la ville de Metz et l’événement Particules.

De plus en plus, les créateurs du livre, auteurs, éditeurs, artistes ne voient plus le livre et le numérique comme deux espaces duels, mais comme deux médiums à travers lesquels des projets peuvent naître indépendamment, ou s’adapter. Si l’écriture de blogue ou via les médias sociaux (Twitter, Facebook, Instagram) continue de se pratiquer, le plus souvent, avec un angle promotionnel et/ou dans un objectif de médiation, certains projets explorent les médiums quotidiens (gérés le plus souvent par les GAFAM) de façon plus créative. On peut penser à Machine à répliques de Productions Rhizome, qui mettait un auteur aux commandes d’un échange avec les lecteurs, pour leur proposer de bonnes réponses à des répliques gênantes auxquelles ils ont été confrontés, à Particulesun projet de création littéraire et visuelle sur Twitter en partie planifiée, mais aussi spontanée, ou encore aux versions « Instagram » de romans classiques proposées par la New York Public Library sous forme de stories (Insta Novels) et à l’Instapoetry de Rupi Kaur, désormais couchée sur papier. Le roman Cette maison de David Mitchell est né sous forme de nouvelle diffusée sur Twitter. Radio-Canada a mis en place le site web Histoires de coups de foudre, en lien avec la télésérie Hubert et Fanny, où les histoires de six auteur.e.s sont rendues de façon graphique, animée et musicale.

Innover en édition numérique : quelques pistes de réflexion

Au final, à qui tente d’expérimenter ce que sera « le livre de demain », ce foisonnement de projets d’apparence si divers pose plusieurs questions :

  • La reconfiguration de la relation entre création et production.
    Puisque le format de l’œuvre numérique innovante nécessite des expertises diverses et doit tenir compte des habitudes du public (appareils de lecture, habitudes de navigation, etc.), création et production ne sont plus successives, mais simultanées. Dès la création de son œuvre, l’auteur doit prendre en compte le format éditorial et réfléchir à des publics cibles (encore méconnus), des considérations souvent absentes de son travail habituel. La direction littéraire acquiert de nouvelles dimensions. (Chez Alto par exemple, nous en venons à travailler avec des artistes de façon étroite dès les premières étapes de leur projet, alors que dans le processus « traditionnel », nous arrivons généralement à la finalisation du manuscrit.)
  • Le renouvellement des esthétiques.
    Le numérique est synonyme de non-linéarité, d’interactivité, de multilinguisme, de collaboration et de personnalisation (entre autres). Comment investir ces paramètres créatifs ? Comment, en tant qu’écrivains, créateurs de contenu, traducteurs, éditeurs, etc., pouvons-nous nous outiller, développer des réflexes de créateurs et d’éditeurs numériques ?
  • La complexification de la production.
    Beaucoup de contraintes techniques et budgétaires (les logiciels changeants, le coût des ressources humaines en informatique, pour ne nommer que celles-là) limitent les acteurs du milieu. Comment développer les moyens de créer des œuvres de haute qualité littéraire et technique avec les moyens qui sont les nôtres ? Comment inscrire la littérature et le livre dans une culture numérique de plus en plus dominée par les GAFAM et les productions anglophones ?
Christiane Vadnais © Maryse Cléro-Nobréga

Christiane Vadnais
Responsable des projets de recherche et développement chez Alto
Avec l’aide du comité d’innovation de l’ANEL, de René Audet et de Charles-Antoine Fugère

0 Shares:
4 commentaires

Les commentaires sont fermés.

Vous aimerez aussi...
Démonstration de l'organisation spatiale et thématique de l'oeuvre « L'ombre est divise ».
Lire plus

Microrésidences ÉlectroLITT : Déambulation autofictive à Édimbourg

L’autrice, poète et éditrice Laetitia Beaumel a travaillé sur L’ombre est divise, un projet de carte littéraire interactive, avec l’aide de sa mentore Natacha Clitandre, dans le cadre des microrésidences ÉlectroLITT organisées par la maison d’édition Alto et les Productions Rhizome. Au cours de cette résidence, elle a écrit plusieurs courts textes qu’ÉlectroLITT lui a permis de rassembler sous une même bannière dans un projet qui allie les enjeux de la littérature numérique et du territoire.