Archiver 1600 tweets : voilà le défi que représentait la conservation du quatrième happening Particules : correspondances inattendues. Coorganisé par Littérature québécois mobile (LQM) et le Mouvement Art Mobile, l’activité Particules : correspondances inattendues fait rayonner le talent d’écrivain.es et d’artistes visuels en organisant, chaque année, un flux de créations littéraires et artistiques sur Twitter.

Le 28 octobre 2021, de 14h à 16h, auteur.ices et artistes visuels se retrouvaient sur la plateforme afin d’improviser autour du thème « Internet végétal », résultant en plus de 1600 contributions textuelles ou imagées. Après une minutieuse curation des contributions par Isabelle Gagné, Sven Buridans et Benoit Bordeleau, l’exposition du même nom est disponible afin d’être consultée en ligne.

Pour ce faire, nul besoin de se rendre sur Twitter et de consulter toutes les publications sous le mot-clic #particulesIV ; le site web de l’exposition recense, par tranches de cinq minutes, les contributions des artistes visuels ou littéraires sous forme de ligne du temps. Minimalistes, les différents tweets textuels ou picturaux des artistes apparaissent sur fond blanc, accompagné du nom de leur créateur.ice.

Tweet de toino dumas (@antiterroir) : "je prends soins que les liens qui nous unissent soient bien nourris que les ruisseaux et les racines soient riches en sucres et en minéraux que les vieux arbres meurent de donner et rajeunissent le monde".
Capture d’écran de l’exposition

Si le trait horizontal de la ligne du temps invite instinctivement à faire une lecture chronologique des tweets, l’exposition propose de les traverser de manière déconstruite. Un clic sur le point de 14:40, par exemple, donne accès aux textes, situés en haut de la ligne du temps, et aux photos, qui apparaissent en-dessous. En nous localisant au milieu de la liste des publications plutôt qu’au début, l’interface semble nous inviter à effectuer des allers et retours entre le haut et le bas de la page, sans qu’un ordre de lecture ne soit imposé. Libre aux utilisateur.ices de cibler un.e écrivain.e qui les intéresse et de se concentrer sur les variations de ses créations au fil des minutes ou, au contraire, d’explorer une temporalité alternative en commençant par lire les dernières publications de la journée.

« Rapprochement surprenant peut-être, il n’en reste pas moins que l’architecture du web est, par métaphore, arborescences et rhizome; la culture qui en est issue, s’apparente au marcottage et au bouturage – aussi bien dire qu’il s’agit de détournement, d’appropriation et de remix. »

Édition 2021: Internet végétal! Sur le site de Particules
Capture d'écran de l'exposition, où l'on peut lire les deux tweets publiés à 14:20. Le premier est d'Alyssa Jerome : "Même la déconstruction d'une plante ne sera jamais assez pour élucider sa splendeur". Le second, d'Emné Nassereddine : "je creuse youtube. je suis le trou. j'observe la mort subite du chêne à Mendocino. la nuit ouvre l'éclat. je passive".
Capture d’écran de l’exposition

Malgré l’esthétique minimaliste de l’exposition, celle-ci permet néanmoins une exploration complète des rhizomes qui ont aboutis aux publications finales, soit avant que la « curation des textes et des images produites1 » soit effectuée. En effet, un clic sur le lien hypertexte d’un tweet et nous voilà redirigés sur Twitter, nous replaçant dans le contexte où la réflexion d’un.e écrivain.e a vu le jour. Un créateur répond à un autre, l’une réagit au commentaire du premier ; les créations s’entremêlent et se croisent sous forme d’arborescence. Le processus créatif est, finalement, à l’image de la jungle numérique que les artistes cherchent à illustrer.

La quatrième exposition de Particules réussit son pari, c’est-à-dire qu’elle offre « des incursions dans des imaginaires ainsi que des genres littéraires et artistiques diversifiés ». Poèmes, réflexions et pensées se côtoient et se présentent comme les fleurs d’une multitude de réseaux de racines-tweets cachées, mais pas invisibles.

La prochaine édition de la performance Particules aura lieu le 29 novembre 2022 de 14h à 16h.


1 « Édition 2021 : Internet végétal », dans Particules, correspondances inattendues, [en ligne] https://particules.uqam.ca/#:~:text=Particules%20%E2%80%93%20correspondances%20inattendues%20IV%20est,que%20La%20Travers%C3%A9e%20%E2%80%93%20Atelier%20de (Site consulté le 29 juin 2022).

Titre : Particules : correspondances inattendues
Auteur/autrice : rassemble dix auteur.rices et dix artistes visuels. Activité coorganisée par Littérature québécoise mobile et le Mouvement Art Mobile.
Autres participants au projet en ligne : Productions Rhizome, la Maison des arts littéraires de Gatineau et La Traversée – Atelier de géopoétique.

Date de parution : 28 octobre 2021
Lien vers le projet http://internetvegetal.particules.uqam.ca/
Type d’oeuvre : Littérature hypermédiatique

1 Shares:
Vous aimerez aussi...
Lire plus

Pourquoi vivre, mais à quoi bon mourir ? dans All of Me – The Twine

Nominée au New Media Writing Award 2021, l’œuvre de Caroline Horton et Alex Swift, All of Me - The Twine, tire profit du média numérique pour proposer une expérience interactive et perturbante. Le lecteur ou la lectrice, interpellé.e à la deuxième personne, doit naviguer entre la dépression, l’impuissance et le désir de tout abandonner pour retrouver goût à la vie.
En-tête de la bande dessinée Still Heroes. On y voit une ville de nuit avec quelques fenêtres encore illuminées. "Still Heroes" est écrit en blanc dans le ciel.
Lire plus

Still Heroes, ou lorsque les super-pouvoirs ne suffisent pas

Still Heroes est une bande dessinée numérique écrite et illustrée à la main par l’artiste belge exaheva. Pensée et conçue pour une lecture sur écran, elle met en scène Emeline, une jeune super-héroïne aux pouvoirs électriques, dont la vie – et la définition d’elle-même – est chamboulée lorsque son groupe de super-héros se dissout. Dans le calme du quotidien, ses pouvoirs semblent alors perdre de leur sens, surtout qu’ils ne parviennent pas à accomplir ce qu’Emeline désire le plus profondément : soigner son père.