Conçue par l’écrivain Nicolas Tardy et publiée dans la collection numérique de La Marelle Éditions en juin 2021, l’œuvre Vampirisation se présente comme une poésie hypermédiatique imaginée d’après le film Les Vampires (1915) de Louis Feuillade (1873-1925).

Dans ce film muet d’une durée totale de 7 h 20 min, le journaliste Philippe Guérande enquête sur les méfaits d’une société secrète appelée « Les Vampires ». Acharné à combattre cette bande de brigands nocturnes, ce dernier se frotte à la chanteuse de cabaret et adversaire redoutable Irma Vep. Interprétée par l’actrice Musidora (1889-1957) et première incarnation de la femme fatale au cinéma français, ce personnage étrange dont le nom est un anagramme de « vampire » connaîtra un grand succès populaire et enthousiasmera les surréalistes qui en feront plus tard un de leurs emblèmes poétiques.

« Pour retrouver l’univers étrange du film Les Vampires de Louis Feuillade (1915), l’auteur a écrit 94 poèmes en vers réguliers et rimés, dont certains mis en chanson par Arnaud Mirland. Multiforme, ludique et circulaire, le travail de Nicolas Tardy réinterprète les audaces formelles de ce joyau des premiers temps du cinéma. »

(Vampirisation, le livre, Productions La Marelle Éditions)
Une évocation visuelle du livre, à découvrir à travers cette vidéo de Valérie Simonet réalisée à l’occasion du festival « Lecture par nature », 18 juin 2021.

Exclusivement disponible dans sa version en ligne, Vampirisation se constitue de 94 poèmes en vers réguliers et rimés. Ce choix formel, en plus de faire écho à la dimension populaire des films de Feuillade, s’inscrit dans une pratique d’intertextualité et d’intermédialité caractéristique à la pratique d’écriture de Nicolas Tardy. 

De plus, l’ensemble des poèmes de Vampirisation se répartissent en quatre grandes parties, soit « Faire un récit », « Faire apparaître des lieux », « Faire se croiser des personnages » et « Faire un film ». Alors que la section « Faire un récit » revisite et décompose la narration du film Les Vampires à travers 70 poèmes, la section « Faire apparaître des lieux » présente quant à elle les huit lieux clés de l’œuvre originale, tels que les toits de Paris, l’hôtel particulier du Baron de Mortesalgues ou encore le cabaret Le Chat Huant.

La partie « Faire se croiser des personnages » présente poétiquement les dix personnages principaux du récit, dont Mazamette l’acolyte, Fleur-de-Lys la complice des crapules et des pilleurs et Moreno le séduisant voleur-hypnotiseur. Finalement, la partie « Faire un film » se penche – en six poèmes – sur les spécificités du médium cinématographique de Louis Feuillade, ainsi que sur le contexte historique du tournage et de la production du film.

« hors du film c’est la guerre mondiale
de la violence c’est l’escalade
hors du film c’est la guerre mondiale
au front sont appelés les acteurs
hors du film c’est la guerre mondiale
s’arrache les cheveux Louis Feuillade
de la narration est fossoyeur
des personnages des acteurs partis
hors du film la grande boucherie
le réalisateur doit trancher
les acteurs sont appelés au front
disparaissant de la narration
les personnages sont remplacés
hors du film c’est la guerre mondiale
hors du film c’est la guerre mondiale
les personnages disparaissent
les personnages disparaissent
hors du film c’est la guerre mondiale »

(« Le hors-film est plus vaste que le hors-champ », extrait du livre numérique Vampirisation de Nicolas Tardy, 2021.)

Captures d’écran tirées du livre numérique Vampirisation de Nicolas Tardy.

Une poésie en musique

Vampirisation comporte également une dimension sonore. En effet, l’œuvre propose une mise en chansons correspondant à 24 poèmes issus des trois dernières parties de l’œuvre de Nicolas Tardy. Composés par le musicien Arnaud Mirland, ces enregistrements sont accessibles en cliquant sur les images en bas de chacun des poèmes auxquels ils sont associés. 

Les pistes musicales, toutes empreintes de l’ambiance inquiétante et lugubre de l’univers feuilladien, peuvent aussi être écoutées et téléchargées depuis le menu se trouvant dans la barre verticale à gauche de l’écran. Se faisant, les utilisateur.ices accèdent à la page « Chansons » où neuf chansons sont sélectionnées aléatoirement parmi les 24 existantes. Quelques-unes de ces compositions sont également disponibles sur le compte Bandcamp d’Arnaud Mirland, juste ici.

La Marelle Éditions, livres numériques et innovations

Le livre numérique Vampirisation a été édité dans la collection numérique de La Marelle. En plus d’accueillir des genres multiples (journal de bord, fiction, poésie, théâtre, essai littéraire, etc.), elle propose des projets aux formes diverses, comme des narrations non linéaires, des lectures aléatoires et des écritures collectives. L’objectif de la collection – en lien avec le principe même des résidences de création portées par La Marelle – est de « favoriser la rencontre entre l’écrit et d’autres champs artistiques, grâce au mouvement ou à l’intégration de sons, d’images ou de vidéos ». 

Développé par Caroline Scherb, le livre numérique Vampirisation offre ainsi deux modes de lecture : d’une part, il est possible de lire l’ensemble des 94 poèmes de manière linéaire en cliquant sur une flèche à droite de l’écran pour continuer et une flèche à gauche pour revenir. 
D’autre part, il est possible de naviguer non linéairement via les liens apparaissant sur certains mots des poèmes. Les hyperliens se révèlent en glissant le curseur de la souris sur ces mots, ou bien en cliquant sur un pictogramme placé en haut à droite des pages. En outre, des marqueurs peuvent être ajoutés aux poèmes appréciés grâce au pictogramme de signet qui les inscrit sous l’onglet  « Signets » de la table des matières.

« La plupart de nos livres numériques proposent ainsi une expérience de lecture qui n’est pas la simple reproduction d’un texte existant déjà au format “papier”, ou qui pourrait l’être sans notable différence. En proposant aux auteur·rice·s d’inventer ou de retrouver d’autres modes d’écriture et/ou de lecture, elle incite chacun·e à s’emparer de nouvelles formes, pour un autre rapport au “livre”, et une autre réflexion sur “l’art d’écrire” ».

(La Marelle Éditions, Le numérique : un nouvel art d’écrire ?)

Pour l’instant, l’œuvre de Nicolas Tardy n’est disponible que dans sa version en ligne, mais une version téléchargeable sera proposée d’ici quelques mois… À suivre !

Titre : Vampirisation, le livre 
Textes et conception de l’œuvre : Nicolas Tardy
Oeuvre inspirée de : le film Les Vampires (1915) de Louis Feuillade (les images du livre sont extraites de la série de films Les Vampires de Louis Feuillade) 
Mise en chanson (composition, chant et arrangements) : Arnaud Mirland, Nicolas Falez et Sarah Nouveau
Mixage sonore : Léo Mirland
Développement et réalisation du livre numérique : Caroline Scherb
Direction artistique et éditoriale : Pascal Jourdana
Assistance éditoriale, relecture, correction : Fanny Pomarède

Suivi technique et développement : Gaël Vergniolle de Chantal, Marco Parronchi
Couverture : Fabien Vidotto, Caroline Scherb
Logo (original) : Moïse de Faria / Adaptation pour l’édition : Fabien Vidotto 
Maison d’édition : La Marelle Éditions
Date de parution : 14 juin 2021 
Lien vers l’oeuvre : https://www.la-marelle.org/productions/editions-la-marelle/730-vampirisation-le-livre.html 
Type d’oeuvre : Littérature hypermédiatique 
Autonomination : Livre numérique 
Support(s) numérique(s) utilisé(s) : fureteurs

1 Shares:
Vous aimerez aussi...
Image montrant le titre de l'oeuvre Oùrs.land
Lire plus

Ours.land

Le site web oùrs.land, créé par Gwen Catalá, unit les écritures de Marie-Andrée Gill, Mahigan Lepage, Laure Morali, Sébastien Ménard et Anna Lupien qui, partant à la recherche de l’Oùrs, ont découvert qu’il pouvait être polaire, humain, vieil homme, introuvable ou tapi au fond de nous.
Image indiquant le nom du projet : 40X40
Lire plus

La résidence 40X40

Le projet 40X40 est une résidence virtuelle qui permet à quatre-vingt artistes de disciplines diverses, divisés en quarante équipes de deux, de s’accorder un temps de création de quarante heures consécutives afin de vaincre l’emprise du confinement.