Créée par l’artiste visuel, vidéographe et acteur du milieu culturel québécois Guillaume Saur, Composites_lexicaux se présente comme une « œuvre interactive » (ou une « online exhibition ») qui revisite les œuvres poétiques de huit auteur.ices québécois.es.

Parmi les recueils choisis se retrouvent notamment À mon retour d’Élise Turcotte, Nuit noire de Joël Pourbaix, Exercices de joie de Louise Dupré et Camera lucida de Marie Bélisle. S’y retrouvent également des poèmes de Jacques Audet, d’Emmanuelle Tremblay, de Jonathan Charette et de Marc-André Brouillette

Ces huits recueils, d’abord publiés au Noroît et librement choisis dans le catalogue de la maison, sont ici mis en dialogue dans une perspective exploratoire des enjeux et possibilités du numérique. Interactive et immersive, l’installation en ligne propose huit univers poétiques où les utilisateur.ices sont invité.es à interagir avec trois  « boîtes » déplaçables et superposables. 

Celleux-ci peuvent alors visionner une création vidéo, écouter une narration musicale des textes ou encore cliquer aléatoirement sur des mots. En cliquant sur un mot ou un autre de la « boîte » lexicale – ou encore en cliquant directement sur les pistes audio associées aux différents recueils –, les utilisateur.ices sont redirigé.es vers un autre poème de l’œuvre, assurant ainsi un parcours non-linéaire et personnel à chaque visite.

(Captures d’écran des univers immersifs créés pour Composites_lexicaux (2023) autour des recueils Ne retiens pas le feu de Jacques Audet et Nuit noire  de Joël Pourbaix)

Hébergé en continu dans la webthèque de Galerie Galerie et s’expérimentant tant sur ordinateur que sur téléphone intelligent, Composites_lexicaux fait interagir les textes avec plusieurs autres composantes médiatiques telles des images générées par modélisation 3D et par systèmes d’apprentissage automatiques

Enraciné dans une pratique artistique d’altération d’image, de déconstruction et d’intertextualité, le projet propose ainsi une expérience visuelle et sonore qui « brouille les frontières entre la matérialité de l’objet livre et l’univers intime d’une lecture personnelle ». 

Comme Guillaume Saur le présente lui-même :

« Art de l’image, du souffle, de la portée, la poésie se déploie ici à travers de nouvelles couches, de nouveaux réseaux de sens. Des mots à la terre, de la terre au feu, du feu à la chambre, l’œuvre sort du livre pour mieux rebondir sur les parois poreuses de l’essence, de l’intention préliminaire des artistes. Le numérique enrichit ici les voies de la parole et offre un éclatement sensoriel inattendu, à l’instar des frissons ressentis par le corps vivant qui découvre une résonance entre son expérience et celle rendue possible par la création artistique d’autrui. »

Guillaume Saur, Work, 2023, https://www.guillaumesaur.com/
(Captures d’écran des univers immersifs créés pour Composites_lexicaux (2023) autour des recueils Exercices de joie de Louise Dupré et Nous le lac d’Emmanuelle Tremblay)

Galerie Galerie, une plateforme d’art en ligne

Issu d’une co-production entre le Noroît et Galerie Galerie, Composites_lexicaux se situe à la frontière des arts visuels et de la littérature

Alors que le Noroît vise à « rassembler autour du poème différentes voix d’ici et d’ailleurs en proposant des livres de qualité qui reflètent les préoccupations de notre monde » et à « faire rayonner au Québec et à l’international la présence et l’importance des poètes dans la sphère publique », Galerie Galerie vise quant à elle à utiliser internet comme « un espace de recherche, de création et de diffusion ».

La rencontre de ces deux acteurs autour du projet Composites_lexicaux s’inscrit donc dans l’optique d’une visibilisation, d’une démocratisation et d’un soutien des pratiques poétiques et artistiques en ligne :

« Galerie Galerie a pour mission de soutenir les artistes en art numérique et web, de favoriser la production, la diffusion et la démocratisation de l’art numérique et web, de promouvoir le Web comme un espace et un outil créatif vecteur d’agentivité, de permettre l’accès à l’art en ligne en offrant une plateforme itinérante, flexible et ouverte et de briser les stéréotypes se rattachant aux pratiques artistiques numériques et web en prenant position sur la valeur artistique et monétaire qui leur est attribuée. »

Galerie Galerie, À propos, Mission, 2023, https://www.galeriegalerieweb.com/a-propos/

(Captures d’écran tirées de la webthèque de Galerie Galerie, 2023)

En plus d’offrir une webthèque où sont hébergées des œuvres d’art de façon continue (tel que « Monabamaqueb » (2022) de Laïla Mestari ou encore « Il est faux de croire que tu ne reverras peut-être jamais cette belle poubelle pas du tout instable » (2017) de Sarah L’Hérault), la plateforme d’art en ligne propose des vernissages, des résidences de création ainsi que des projections vidéo en ligne

Hors ligne, Galerie Galerie organise également des évènements de médiation artistique et développe des laboratoires de création « orientés vers le partage, l’apprentissage et l’appropriation de techniques numériques issues du Web, telles que le GIF, le mème et l’installation HTML, dans une visée d’auto définition et d’agentivité ».  


Pour en apprendre plus sur Galerie Galerie et sa mission, nous vous invitons à explorer leur site internet, juste ici.

Titre : Composites_lexicaux 
Créateur.ice : Guillaume Saur / Voix : Flavia Carton / Enregistrement voix & mastering audio : Brice Chevallier
Producteurs : Le Noroît et Galerie Galerie
Date de création : 2023

Lien vers l’œuvre : https://www.galeriegalerieweb.com/webtheque/composites_lexicaux/
Type d’oeuvre : Texte littéraire médiatisé (littérature hypermédiatique, installation numérique immersive) 
Support(s) numérique(s) utilisé(s) : fureteurs sur ordinateur et téléphone intelligent

0 Shares:
Vous aimerez aussi...
Image montrant le titre de l'oeuvre Oùrs.land
Lire plus

Ours.land

Le site web oùrs.land, créé par Gwen Catalá, unit les écritures de Marie-Andrée Gill, Mahigan Lepage, Laure Morali, Sébastien Ménard et Anna Lupien qui, partant à la recherche de l’Oùrs, ont découvert qu’il pouvait être polaire, humain, vieil homme, introuvable ou tapi au fond de nous.